L'énergie dans les Parcs et territoires naturels remarquables en Rhône-Alpes

Vous êtes ici : Accueil > Fiches > Cadrage

Cadrage de l’étude


Sommaire de la fiche


L’énergie dans les Parcs et territoires naturels remarquables de Rhône-Alpes

La Région Rhône-Alpes comprend six Parcs naturels régionaux (PNR) et trois territoires naturels remarquables (TNR) :
  • les Parcs naturels régionaux de Chartreuse, Haut-Jura, Massif des Bauges, Monts d’Ardèche, Pilat et Vercors,
  • les deux Parcs Nationaux (PN) des Ecrins et de la Vanoise,
  • l’Espace Mont-Blanc (EMB), qui se caractérise par sa nature transfrontalière.

Ces territoires se sont organisés, pour conduire des actions communes, dans le « Réseau régional des Parcs et territoires naturels remarquables de Rhône-Alpes ». Dans ce cadre, le Réseau a fait réaliser un jeu de fiche-actions valorisant les interventions spécifiques des 9 territoires en matière énergétique. Ceux sont ces fiches qui vous sont présentées ici.

  Retour en haut


Les thématiques et actions retenues

L’énergie est déclinée sur les Parcs et territoires naturels remarquables autour de 9 thématiques :
  • énergie et paysage
  • énergie et architecture - urbanisme
  • énergie et agriculture
  • énergie et forêt - filière bois
  • énergie et tourisme
  • énergie et entreprises - services
  • énergie et éducation - évolution des comportements
  • énergie et information
  • énergie et transports - déplacements

Les actions réalisées par les territoires sont indiquées ci-dessous, celles retenues pour ce document sont repérées par une croix.


  Retour en haut


Les Parcs naturels régionaux et l’énergie

Les Parcs naturels régionaux ont été créés par décret le 1er mars 1967.

Un territoire est classé Parc naturel régional s’il présente des caractéristiques naturelles, de la faune et de la flore, mais aussi paysagères et patrimoniales, remarquables et d’intérèt national. La charte du territoire rappelle ces caractéristiques et présente les engagements pris par le territoire, pour sa protection et sa valorisation. C’est un document que les communes adhérentes au Parc approuvent, pour 12 ans. Les communes adhèrent aussi à l’organisme de gestion du Parc.

Les Parcs naturels régionaux mènent des projets en fonction de leur charte. Citons par exemple :
  • des actions de protection et de gestion des richesses naturelles et des paysages ;
  • des actions de mise en valeur et d’animation du patrimoine culturel ;
  • des actions de soutien et de valorisation des activités économiques ;
  • des actions d’accueil, de sensibilisation et d’information.

Ces actions sont volontaires, contractuelles, elles n’ont pas de caractère réglementaire.

Les Parcs naturels régionaux sont des territoires innovants, démonstratifs. Dans ce cadre, ils interviennent comme apporteurs d’idées, monteurs de projets, maîtres d’ouvrage. En fonction de leur territoire, de leurs ressources, de la motivation des collectivités, ils testent et proposent des actions très variées sur l’énergie, tant en maîtrise de l’énergie qu’en développement des énergies renouvelables. Ils travaillent en partenariat avec les collectivités, les acteurs économiques et associatifs.

Parmi les actions sur l’énergie les plus courantes, citons celles :
  • s’insérant dans les actions de protection et de gestion des richesses naturelles (gestion de la forêt), des paysages (développement de l’énergie éolienne) ;
  • dans les actions de soutien et de valorisation des activités économiques (développement des énergies renouvelables dans les secteurs agricole, tertiaire) ;
  • dans les actions de sensibilisation et d’information (actions d’information en direction des ménages, des scolaires).

  Retour en haut


Les Parcs Nationaux et l’énergie

Les Parcs Nationaux ont été créés par la loi du 22 juillet 1960, leur définition a été modifiée par une nouvelle loi en avril 2006 (loi 2006-436 du 14 avril 2006). Un territoire est classé Parc National pour l’intérêt, national, de sa faune et de sa flore. Il a pour principale mission de protéger et conserver des milieux naturels fragiles, tout en permettant au public de les découvrir. Aussi, un Parc National comprend :
  • un Coeur de parc (l’ancienne zone centrale), réglementé par décret en Conseil d’état, géré par un établissement public, qui a un but de protection environnementale de la faune et de la flore,
  • et l’aire d’adhésion (l’ancienne zone périphérique), sans réglementation, qui regroupe, sur une démarche volontaire d’adhésion à la charte du Parc, les communes qui le souhaitent.

Les politiques énergétiques des Parcs Nationaux sont motivées par leur statut et leurs objectifs, c’est-à-dire la protection de l’environnement naturel et sa découverte, avec quelques activités économiques autour du tourisme et de l’agriculture. Aussi les Parcs Nationaux ont développé une politique autour de ces objectifs : protection de l’environnement (amélioration du paysage), confort des hébergements touristiques, actions pour l’agriculture, sur la forêt, politiques de transport, etc.

Des évolutions seront sans doute constatées, avec la mise en place des chartes, élaborées pour une période de quinze ans, avec les collectivités de la zone d’adhésion.

  Retour en haut


L’Espace Mont-Blanc et l’énergie

L’Espace Mont-Blanc (EMB) a vu en 1986 la création d’un chemin de l’EMB, puis une conférence transfrontalière (suisse, italienne et française) en 1991, pour sa création à proprement parler, sur la France, l’Italie et la Suisse.

Ce territoire est confronté aux questions énergétiques sur de nombreux aspects, et en particulier sur l’urbanisme et les transports. Il agit comme monteur de projet, proposant aux collectivités et aux acteurs privés (entreprises) des actions à mettre en oeuvre. C’est ce qui l’illustre dans les exemples retenus pour l’Espace Mont-Blanc.

Crédit photo AERE, sauf mention contraire

Plus d’informations sur l’énergie dans les PNR : Les choix énergétiques dans les Parcs - Référence à la Charte et pratiques

Approche cartographique
Présentation des territoires




Télécharger la carte au format pdf
| Mentions légales | Plan du site |